Départ et première semaine pluvieuse

Le voyage

Vendredi 30 juin 2017, 4 heures du matin. Après bien des efforts pour s’assurer que celles-ci respectent le poids réglementaire, les valises sont prêtes. Direction l’aéroport Roissy – Charles de Gaulle, puis la Nouvelle-Zélande. Et dire que je n’arriverai à Auckland que 36 heures plus tard… Je suis accompagné d’Ulysse, qui n’est pas en Scube mais en SPIV : il étudie l’histoire en double cursus à la Sorbonne (Paris 4).

Nous prenons un Airbus A380 direction Doha, survolant la ville de Batman (!) mais évitant soigneusement l’espace aérien saoudien. Après une escale d’une dizaine d’heures dans l’aéroport international Hamad, quasi-désert suite à la crise diplomatique que traverse le Qatar, nous embarquons pour ni plus ni moins que le plus long vol au monde : 14 000 km nous séparent encore de notre destination finale, que nous n’atteindrons que 17 heures plus tard. Malgré l’atmosphère irréelle à bord de ce vol hors du commun, celui-ci passe – relativement – rapidement, et après avoir pris un peu de repos et binge-watché l’intégrale de Baron Noir, nous atterrissons à Auckland.

Les Néo-Zélandais sont très attachés à la biodiversité de leur pays, aussi devons-nous passer un contrôle de biosécurité à l’aéroport : toute nourriture est prohibée, et tout objet susceptible de contenir des matières organiques doit être déclaré sous peine d’une amende de 400$. Nous avons d’ailleurs failli perdre la tente d’Ulysse, qui avait été embarquée pour inspection au laboratoire.

Parvenus dans le hall principal, une statue massive d’un roi-nain nous invite en Terre-du-Milieu. Il s’agit d’une installation du Weta Workshop, le studio à l’origine des accessoires de la saga de Peter Jackson.

Tandis que nous sommes conduits à nos résidences respectives, nous faisons l’expérience de la météo néo-zélandaise : une pluie ininterrompue nous accompagne tout au long du trajet jusqu’au centre-ville. Ici, comme dans la saison 7 de Game of Thrones, « winter is here ». Nous sommes dimanche, il est 8 heures du matin (heure locale) : voilà 36 heures que nous avons quitté la France, et nous tombons de fatigue. La journée s’arrêtera là pour nous.


Découverte d’Auckland

Je loge au Carlaw Park Student Village, une résidence universitaire située à deux pas du campus et du centre-ville… d’après les cartes. Mais ce que ne montre pas Google Maps, c’est qu’Auckland est une ville très vallonnée : le trajet se révèle donc plus sportif que prévu, puisque l’université et le CBD sont construits sur plusieurs collines attenantes. Néanmoins, il est agréable de pouvoir se déplacer dans la ville sans avoir besoin de prendre les transports en commun, cela me change de Paris !

Le centre-ville d’Auckland ressemble à n’importe quel CBD de grande ville américaine, si l’on excepte sa tour de télévision, visible de toute la ville, et que l’on peut visiter (on peut même se risquer au saut à l’élastique !). L’artère principale se nomme Queen Street, et héberge cinémas, banques, magasins de montagne (au plus grand bonheur d’Ulysse) et enseignes globalisées (Starbucks, Burger King…). La rue se prolonge jusqu’au port, d’où partent les ferries vers les îles environnantes. La parallèle High Street est plus calme et compte de nombreux restaurants, notamment asiatiques, ce qui n’est guère étonnant connaissant l’importance de la communauté chinoise à Auckland.

Ses 328 mètres (plus que la tour Eiffel) font de la Sky Tower la plus haute structure de l’hémisphère sud.

Ma résidence se situe à la limite entre le centre-ville et Parnell, un quartier résidentiel plutôt bobo. On y trouve par exemple un marché français, La Cigale, ouvert le samedi et le dimanche ; malgré les prix prohibitifs (des pains au chocolat à 5$, soit vingt fois plus chers que ceux de Jean-François Copé !), l’ambiance y est très sympathique et on peut s’y fournir en produits importés (vins, fromages…) ou bien déguster une crêpe bretonne.

Le mal du pays peut-être ?

Voilà une semaine que je suis arrivé à Auckland, et pour le moment je n’ai découvert la ville qu’au travers des différentes courses et démarches que j’ai eu à faire dans le centre. J’aurai sans doute plus de choses à vous raconter une fois les cours commencés à l’université… ou avec les premières randonnées dans les environs !


Pour en savoir plus sur moi et mon aventure néo-zélandaise, consultez la page A propos. Vous pouvez également me retrouver sur Twitter et Instagram, ainsi que sur GitHub où je partage mes projets personnels en informatique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s