Boue, Game of Thrones et Pōwhiri

Non, ce n’est pas le titre de l’épisode 38 de What The Cut, mais un résumé succinct de la semaine que je viens de vivre. Si j’étais arrivé bien trop tôt à Auckland, découvrant un campus plongé dans la torpeur des vacances intersemestrielles, l’arrivée en masse des étudiants internationaux et le début de l’Orientation Week ont apporté l’animation qui me manquait jusque là.

Avec mon compère Ulysse, montagnard invétéré, nous entraînons un groupe d’exchange students dans une randonnée dans le Waitakere Ranges Regional Park, à une bonne heure en bus d’Auckland. Nous étions déjà grimpés au sommet du Mont Eden, un volcan éteint situé en plein centre de la ville et offrant une vue imprenable sur le CBD, mais c’était une promenade de santé par rapport à ce qui nous attendait.

Pourtant, une fois n’est pas coutume, le ciel est dégagé ce samedi 15 juillet. Hélas, les précipitations cumulées des dernières semaines ont rendu le chemin extrêmement boueux, et difficilement praticable (surtout pour nos comparses qui n’étaient pas équipés de chaussures de marche). Nous devons revoir nos ambitions à la baisse, et faire demi-tour en rentrant par la même route, au milieu des fougères qui donnent à ce parc régional un air de forêt tropicale. Avant de repartir, nous prenons le temps d’admirer les reflets sur les eaux du barrage de Nihotupu (voir ci-dessus).

Ce joli pas de danse est en réalité une tentative désespérée de ne pas m’affaler dans la boue. © Sebastian Peters

En Nouvelle-Zélande comme à Westeros, « winter is here ». Tous les lundis, ma résidence universitaire organise une projection sur grand écran du dernier épisode de la série d’HBO. Et à en croire l’affluence ce soir-là dans le communal lounge, les aventures de Jon Snow et de Daenerys Targaryen ont l’air de passionner les habitants de la Terre-du-Milieu. Mais à peine l’épisode terminé, il faut que je rentre chez moi pour en rédiger ma critique pour Newsyoung (#InstantAutoPromo) : celle-ci ne sera publiée que six heures plus tard en France, alors que je serai dans les bras de Morphée.

… et en plus les snacks sont offerts

Je suis ensuite introduit aux réjouissances de l’Orientation Week. Le mercredi, les étudiants internationaux que nous sommes sont accueillis par le doyen de l’université : l’occasion de nous rendre compte de la prédominance des étudiants américains, heureux de passer quelques temps loin de leur président orange. Quelques conférences plus ou moins utiles plus tard, nous participons à une animation de découverte de la ville, proposée par la Study Abroad Students’ Society (ou SASS pour les intimes, « because we’re quite sassy » nous explique la présidente de l’association).

Le lendemain, c’est au tour de la Faculty of Arts de faire sa rentrée. Et quelle rentrée ! A 8h45, nous sommes accueillis par les chants de la chorale des étudiants māoris. Dans un silence quasi-religieux, un des professeurs nous invite (en māori, puis en anglais) à une prière commune, quelle que soit notre foi – ou notre absence de foi dans mon cas. Les discours (toujours dans les deux langues officielles du pays) s’enchaînent, entrecoupés de chants entonnés par le chœur, puis repris à l’unisson par l’ensemble des professeurs de la faculty. Cette cérémonie très émouvante à laquelle nous venons d’assister est un pōwhiri, une célébration de bienvenue traditionnelle ; celle-ci se termine par un hongi (salut māori consistant à poser son nez et son front sur ceux de l’hôte) entre les professeurs et les étudiants des premiers rangs de l’amphithéâtre.

Tant de choses se sont passées cette semaine, et je n’ai même pas encore commencé les cours ! Mais malgré ma lecture d’info à 8h demain matin, je m’apprête, comme tous les lundis soirs désormais, à rejoindre le communal lounge pour regarder le nouvel épisode de Game of Thrones. Promis, pas de spoil.


Pour en savoir plus sur moi et mon aventure néo-zélandaise, consultez la page A propos. Vous pouvez également me retrouver sur Twitter et Instagram, ainsi que sur GitHub où je partage mes projets personnels en informatique.

Une réflexion sur “Boue, Game of Thrones et Pōwhiri

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s